Stress, Ecole & Etudes

Mieux apprendre au quotidien, se détendre face aux examens

Difficultés pour comprendre les leçons, moqueries des camarades, mauvaises notes, critiques, harcèlement,  pression…

Ah, l’enfance et les joies de l’école, La folle vie d’étudiant fêtard. Des images de joie et d’insouciance se présentent à l’esprit, cependant la réalité est parfois toute autre.

Quels sont vos souvenirs de cette époque? Si vous aviez su alors ce que vous savez maintenant, qu’est-ce qui aurait changé? Votre vie aurait-elle été différente sans ces souvenirs parfois douloureux? Probablement. Les blessures qui arrivent dans le cadre de l’école ou des études laissent souvent des cicatrices, qui peuvent ressortir parfois des décennies plus tard. Heureusement, nous savons maintenant que ces souvenirs peuvent être « réparés » et la confiance en soi restaurée. Et nous opuvons aussi les éviter dès le début…

Quelle situation vous préoccupe?

Mon enfant a des problèmes à l’école

Mon enfant a perdu sa joie d’enfant, ne parle pas de ce qui se passe à l’école, ses résultats se sont dégradés sans explications, il est nerveux, agressif…

Je suis étudiant …

J’ai du mal à me concentrer, je n’ai pas confiance en moi, je perds tous mes moyens lors des examens, je n’arrive pas à concilier mes études et ma vie d’adulte…

Imaginez que le stress de l’école et des études soit éradiqué avant même de prendre forme. Imaginez un cycle d’apprentissage détendu et joyeux.

 

Imaginez ce qui aurait été tellement plus simple et agréable si vous n’aviez pas connu ces moments difficiles. Imaginez que vous ayez été entendu et compris à cette époque, et que cela ait renforcé votre confiance en vous au lieu de la détruire.

Aujourd’hui, non seulement il est possible de nettoyer ces mauvais souvenirs et retrouver votre confiance en vous, mais encore mieux, enfants et adultes peuvent profiter pleinement de leurs années d’études et d’apprentissage tout en évacuant les traumatismes potentiels au quotidien.

Découvrons ensemble comment vous donner ou donner à votre enfant les moyens d'agir sur ces sources de stress... et apprendre dans la joie!

Primaire ou études supérieures, mêmes soucis

Tessa, 8 ans, math en chute libre

enfant-ecole

La maman de Tessa s’inquiétait certes des résultats en chute libre de Tessa en math, mais surtout du stress visible que le sujet apportait à sa fille. Si on commence à stresser à 8 ans, où allons-nous?  Tessa est une élève plus que douée, mais depuis quelques mois ses résultats en math sont en chute libre. Ni sa maitresse ni ses parents ne mettent de pression. Il n’y a pas de cause apparente. Sa maman me contacte donc pour explorer la piste émotionnelle.

Si vous percevez un niveau de stress exagéré chez votre enfant, pensez aux possibilités qui s’offrent à vous…

 

Lors de la première séance avec Tessa, il est apparu qu’elle se mettait la pression toute seule, suite à un devoir où elle s’était sentie prise en défaut. A la suite de cette séance, Tessa retourne à l’école munie d’outils qui lui conviennent pour faire face à de nouveaux stress éventuels.

 

Un mois plus tard, elle est plus détendue, mais ses résultats ne la satisfont pas. Nous programmons une autre séance avec Tessa, précédée d’une séance avec Anne, la maman de Tessa. En effet, même sans le vouloir, nous transmettons nos propres stress à nos enfants, et le travail qu’un parent entreprend sur lui-même a généralement un impact très net sur l’enfant.  La séance d’Anne la surprend en lui amenant un sentiment de légèreté par rapport à sa propre historique scolaire. La deuxième séance de Tessa lui donne de nouveaux outils. Nous travaillons à évacuer tout stress potentiel pour de futures interrogations.  Trois jours plus tard je reçois un mail avec trois photos d’une Tessa de plus en plus hilare, pour m’annoncer le résultat de l’interrogation qu’elle a réussie le lendemain de notre séance.

 

L’enthousiasme de sa maman 3 mois plus tard est tout aussi communicatif, jugez plutôt : « Tessa a eu ses notes de second semestre et en Math : elle a eu un A en moyenne générale en math !!!! Elle ne m’a parlé que de ça évidemment. C’est fou en 2 séances le bien que cela lui a fait ………. Elle a des A partout sauf B en sciences, mais rien ne compte à part les maths !!! Donc, merci encore!!!!! Plus de larmes, plus besoin d’aide, elle travaille toute seule sans mon aide, c’est sa matière préférée maintenant….. Un vrai bonheur !! Et c’est un vrai virage à 100%, génial !!!:) »

 

Aimeriez-vous en dire autant de votre enfant?

Norma, 38 ans, soutenance de thèse

etudiant

Etudier en tant qu’adulte n’est pas plus facile qu’en tant qu’enfant. Certes, un adulte est théoriquement mieux « armé » pour faire face aux situations stressantes. Et pourtant, c’est aussi plus difficile pour bien des raisons : le cerveau est moins rapide paraît-il, on a d’autres occupations à gérer en même temps que les cours et les devoirs associés…   De plus des souvenirs scolaires difficiles peuvent revenir ajouter leur part de stress. Sans compter les multiples blessures qui ont entamé la confiance en soi depuis l’école.

 

Se remettre en question est difficile. Etudier tous les jours peut être épuisant et démoralisant. Repasser devant un jury peut réveiller quelques angoisses et mettre à mal la confiance en soi. C’est ce que Norma a souhaité éviter. Etant depuis plusieurs années une tapoteuse occasionnelle, mais avertie, elle m’a recontactée pour l’aider à se préparer à la présentation de sa thèse. Les obstacles possibles sont multiples : « Le directeur de jury pourrait me faire perdre mes moyens et me déstabiliser… J’ai un sac de nœuds d’angoisse dans le ventre… J’ai un serrement de gorge en pensant à la soutenance… Je suis programmée pour perdre mes moyens et que donc je VAIS perdre mes moyens… Ils vont me poser une question à laquelle je n’ai pas de réponse et je vais paniquer… J’ai appris à avoir la gorge serrée quand j’entends le mot stress… La directrice de l’école est dans le public et que sa présence me rend nerveuse… Je ne suis pas sûre de bien maîtriser mon texte… etc… » Tout cela nous donne autant d’occasions de désamorcer des stress potentiels avant la soutenance.

Vous avez fait la démarche courageuse de reprendre des études en tant qu’adulte (ou de poursuivre vos études supérieures), il paraît logique de mettre toutes les chances de votre côté, non ?

 

Cela a été le choix de Norma, elle a mis toutes les chances de son côté en se faisant accompagner au bon moment, et le résultat est ma foi agréable. Voici son compte-rendu après sa soutenance : « Je n’étais pas du tout stressée… Ca s’est bien passé. Le directeur de jury m’a un peu titillée mais nous avons eu une conversation intéressante et je l’ai senti bienveillant. Note finale : 15 sur 20. J’ai du mal à réaliser que c’est fini! »

Et vous ? Ecole ou études sans stress, cela vous tente?

 

Il n’est plus besoin de continuer à se tordre les mains (ou l’estomac, ou autre) à l’idée d’un examen, d’un devoir, ou tout simplement d’aller à l’école tous les jours. Considérez ce que serait la vie de votre enfant ou votre vie en tant qu’étudiant, avec des outils pratiques, utilisables facilement au quotidien, et un coup de main pour évacuer les réactions génératrices de stress qui ont déjà commencé à s’installer?

Il est temps de recycler l'énergie gâchée par le stress en énergie facilitatrice d'apprentissage!

Aimeriez-vous :

évacuer le stress qui empêche un apprentissage facile et naturel et favoriser la concentration?
avoir des outils qui permettent d’arriver au mieux de votre forme à un examen, un entretien, un devoir?

 

Notes importantes :
Pourquoi travailler avec un parent alors que le problème est chez l’enfant?
L’expérience m’a montré qu’il est nécessaire de travailler directement avec l’un des parents avant de travailler avec l’enfant. L’une des raisons est que cela donne au parent un outil pour mieux accompagner leur enfant et le soutenir à travers ce travail, et dans la vie en général. Anne avait déjà travaillé avec moi, et a accepté de faire une séance spécifique sur sa participation possible, bien involontaire, au problème de sa fille.

Combien de séances faudra-t-il?
Pour Tessa comme pour Norma, deux séances ont suffi, car elles avaient déjà une expérience pratique de l’EFT, et pas de vieux traumatismes importants sous-jacents. Selon les situations, il se peut que vous ayez besoin de plus de séances.

Tout comme vos professeurs vous transmettent leurs connaissances pour qu'elles deviennent les vôtres, je suis à votre disposition pour vous apprendre à faire vôtres les outils qui VOUS conviennent pour évacuer le stress à la racine.

Mon rôle est de vous accompagner dans cette exploration. En identifiant les émotions génératrices de stress, vous allez pouvoir les transformer, à VOTRE rythme, avec les outils qui VOUS conviennent.

Notre prise de contact (gratuite) se passera en plusieurs temps:

1. Comprendre votre problématique dans les grandes lignes, et surtout évaluer comment je peux vous aider à y remédier. Nous détaillerons ensemble un plan d’action, la durée estimée du temps que nous passerons ensemble, et les priorités que nous aborderons.

2. Evoquer les outils que nous allons utiliser, afin de commencer dès notre première séance à travailler avec les solutions qui marchent pour VOUS.

3. Nous assurer que vous vous sentez en confiance avec moi; c’est en effet un point très important, car les sujets que nous pourrions aborder ne peuvent se partager que dans une relation de confiance et de sécurité.

Par ailleurs, si vous n’êtes pas encore tout à fait à l’aise avec Skype c’est l’occasion de constater que tout va bien de ce côté là! Alors à tout de suite?